Big Mother

La nouvelle création
de Mélody Mourey


Contact diffusion :
sev@beeh.fr

EN FÉVRIER 23 À L’AFFICHE À PARIS
AU THÉÂTRE DES BÉLIERS PARISIENS

Après le triomphe de ses précédents spectacles
LES CRAPAUDS FOUS (3 nominations aux Molières 2019),
et LA COURSE DES GÉANTS (4 nominations aux Molières 2021)
découvrez la nouvelle création de Mélody Mourey : BIG MOTHER


UN THRILLER JOURNALISTIQUE SUR LA MANIPULATION DE MASSE À L’HEURE DU BIG DATA

Alors qu’un scandale éclabousse le Président des Etats-Unis et agite la rédaction du New York Investigation, la journaliste Julia Robinson voit sa vie vaciller dans la salle d’audience d’un tribunal quand elle croit reconnaître sur le banc des accusés son compagnon mort 7 ans auparavant.

Son enquête pour élucider ce mystère croise celle de son équipe, et la petite cellule du New York Investigation se retrouve confrontée à un programme de manipulation de masse d’une ampleur inédite. Ensemble, malgré leurs différends, ils vont devoir mettre à jour le plus gros scandale depuis l’affaire du Watergate.

La démocratie est en péril. Leur vie aussi.

EN TOURNÉE 2023/24
Contact diffusion : Sevrine Grenier Jamelot / 06 30 51 71 03 / sev@beeh.fr


L’UNIVERS ET LES INSPIRATIONS

L’histoire se déroule à New York, entre la rédaction d’une petite équipe de journalistes aussi idéalistes que fatigués, les conférences de presse, une agence de communication manipulant nos données personnelles, un pub universitaire, un tribunal…

Les changements de lieux et d’époque, le rythme soutenu, les vidéos, ainsi que la musique composée par Simon Meuret, donnent une dimension cinématographique au spectacle.

Ce sont d’ailleurs principalement des films qui inspirent Big Mother : Les grandes enquêtes journalistiques comme Les hommes du président, Spotlight, l’Affaire Pélican, ou encore le film Sur écoute retraçant l’histoire du lanceur d’alerte Edward Snowden.

LE DÉBAT MORAL

La fin des régimes totalitaires du XXème siècle n’a pas entraîné la mort de la propagande. À l’ère du numérique, elle est au contraire plus puissante que jamais.
Big Brother a laissé place à Big Mother : on avait peur du premier, on se soumet librement à la deuxième, en livrant nos données à des entreprises qui les collectent pour orienter nos choix et nos opinions en échange d’une certaine forme de divertissement ou de confort.
Cette propagande sert l’idéologie dominante, le capitalisme, et des entreprises lancées ouvertement dans une course à mort contre la démocratie représentative.
Le débat moral principal de l’histoire s’articule autour de cette manipulation. Serait-elle juste si elle se faisait au service d’une cause noble ? Peut-on mentir pour faire le bien ? Quel est le rapport entre transparence et justice ?

Que peut encore l’information à l’heure de la post-vérité ?


LES PERSONNAGES

Les six acteurs donnent vie à une trentaine de personnages…

L’équipe du New York Investigation
Désinformation, deepfakes, théories du complot, polarisation des idées, lobbying, stratégie de manipulation de masse… À l’ère de la post-vérité, la petite cellule du New York Investigation tente de résister et d’informer des lecteurs qui ne leur font plus confiance… Un job facile donc, qui pourrait presque les rendre heureux si leur vie personnelle n’était pas tout aussi chaotique.

JULIA ROBINSON (Ariane Brousse)

Passionnée, selon elle – insupportable, selon le reste du monde – Julia est surtout dévastée depuis la mort de son compagnon 7 ans auparavant. Elle cherche encore la différence entre « faire son métier » et « harceler les gens » et devrait la trouver prochainement… Ou se faire virer.

OWEN GREEN (Patrick Blandin)

Rédacteur en chef charismatique et misanthrope. Entièrement dédié au journal, il entretient des rapports conflictuels avec son ex-femme qu’il aime encore, et sa fille qui va, au cours de l’histoire, l’obliger à choisir entre ses principes et son amour pour elle.

ALEX COOK (Pierre-Yves Bon)

Idéaliste et attentionné, Alex est le fils du directeur de publication ce qui lui impose de faire deux fois plus ses preuves que les autres. En crise de légitimité permanente, il est aussi fou amoureux de Julia Robinson… Qui le méprise.

KATE BLACKWELL (Karina Marimon)

Kate a lu le rapport du GIEC. Elle aimerait en parler. Si quelqu’un veut bien l’écouter. Plutôt demain ? D’accord. Vouant une admiration sans borne à Owen Green, elle va peu à peu devoir s’affirmer pour éviter l’éclatement de l’équipe.

ROSE GREEN (Marine Llado)

Rose a vu son père reporter sacrifier leur vie de famille pour écrire des articles qui n’ont jamais rien changé à l’état du monde. Pour elle, seule la fiction peut encore avoir un impact. S’il faut mentir aux gens pour qu’ils changent leurs comportements ou votent pour la bonne personne, pourquoi s’en priver : on dispose des outils pour le faire.

PETER GOULD (Guillaume Ducreux)

Peter est jugé pour être entré par effraction chez un roi de la Silicone Valley. Quand Julia le voit sur le banc des accusés, elle hurle « Ethan » et perd connaissance. Peter ressemble comme deux gouttes d’eau à Ethan Brown, son compagnon mort 7 ans auparavant.


BIG MOTHER

Rubrique : Contemporain
Autrice et mise en scène : Mélody Mourey (Les Crapauds Fous) (La Course des Géants)

Distribution : Patrick Blandin, Pierre-Yves Bon, Ariane Brousse, Guillaume Ducreux, Marine Llado et Karina Marimon


Presse : Guillaume Andreu / g.andreu@outlook.fr
Vidéos Édouard Granero
Musique Simon Meuret
Lumières Arthur Gauvin
Scénographie Olivier Prost
Costumes Bérengère Roland
Chorégraphies Reda Bendahou


Une production Théâtre des Béliers Parisiens
Diffusion : Les Béliers en Tournée / diffusion@beeh.fr


MÉLODY MOUREY – Autrice Metteuse en scène
Diplômée de Sciences Po Aix et en psychologie, Mélody Mourey a également suivi un cursus d’art dramatique au conservatoire régional de Toulon puis aux Cours Simon. En 2018, elle écrit et met en scène Les Crapauds fous, une comédie d’aventure librement inspirée de l’histoire de deux médecins polonais ayant sauvé des milliers de vies pendant la Seconde Guerre mondiale. Créé en 2021 au Théâtre des Béliers Parisiens, son deuxième spectacle, La Course des Géants, croise la petite histoire d’un jeune Américain et la grande histoire de la conquête spatiale. Big Mother est sa dernière création.

Patrick Blandin

Après une formation au sein de la classe libre de l’école Florent, et quelques années d’enseignement dans cette même institution, il produit, joue et met en scène durant 15 années, une trentaine de reprises et de créations à Paris et en tournée, tout en dirigeant durant 7 ans un théâtre à Avignon.
En 2013, il a abandonné toutes ces casquettes et rencontré Alexis Michalik, Cyril Teste, Guillaume Barbot, Axel Drhey, Matthieu Hornuss, Xavier Berlioz, Frédéric Mancier, Victorien Robert et Bernard Larré. Joie pour lui d’intégrer l’équipe de l’incomparable Mélody Mourey. Sa devise : « Ne pas prendre la vie trop au sérieux, de toute façon, personne n’en sort vivant. »

Pierre-Yves Bon

Filmé depuis tout jeune par son grand-père, il prend goût à la comédie et à l’image sans le savoir. Il commence le théâtre au collège puis au lycée et il intègre en 2008 les Cours Florent. Il tourne dans plusieurs série TF1 et France Televisions où il défendra de nombreux rôle principaux ces 4 dernières années.Il rencontre Ladislas Chollat en 2015 pour une première collaboration quand il remplace Raphael Personnaz dans le rôle principal du spectacle « Les Cartes du Pouvoir » (tournée 2016) et retrouve Ladislas Chollat sur la saison 2017-2018 pour une seconde collaboration dans «Les inséparables » où il interprète le rôle d’Abel au Théâtre Hébertot. Il aura eu également la joie de collaborer avec Daniel Auteuil sur la saison 2018-2019 dans « Le malade Imaginaire » où il interprète Cléante au Théâtre de Paris.

Ariane Brousse

Ancienne championne de GRS, elle commence le théâtre au Conservatoire National de Région, et finit sa formation à l’École Claude Mathieu à Paris en novembre 2008.Elle a joué dans une vingtaine de pièces. Au côté de Jean Bellorini, dans « Personne ne sait qu’il neige en Afrique ». Puis dans « Les Précieuses Ridicules », « La Flûte enchantée » « le Songe d’une nuit d’été » d’Antoine Herbèz à la Porte Saint Martin. Dans plusieurs créations, « Sur le Seuil » de Sedef Ecer, « Où vas-tu Pedro » d’Elise Chatauret, « Purge » et « Ca foxtrotte dans la botte de mamie » de Tiina Kaartama, « L’Envers des Maux » de Pénélope Lucbert… Elle joue aussi dans « Ni Dieu ni Diable » de Julie Duquenoy, « Lettres de l’Intérieur » de Marie Dupleix, « Alimentation Générale »,de Frédéric Thibault « Comme en 14 » d’Yves Pignot et dans la dernière mise en scène de Virginie Lemoine « La vie est une fête ». Cette année elle était en tournée dans « Bastien sans Main », d’Olivier Letellier, nouveau directeur du CDN, Les Tréteaux de France. Par ailleurs elle écrit sa première pièce « L’Envers des Maux ». Elle tourne également régulièrement pour la télévision et enregistre de nombreux livres audio et podcasts avec France inter et Arte Radio.

Guillaume Ducreux

Après les Cours Simon et l’école Internationale de théâtre Jacques Lecoq, Guillaume Ducreux débute au théâtre du Gymnase dans « Les Fourberies de Scapin ». En parallèle, il tourne dans des programmes courts « A Musée vous, A Musée moi » « Scènes de ménages »…), des séries « La naissance de la jalousi » « L’amour presque Parfait » « Notre-Dame, la part du feu »… et des films « Ce soir-là et les jours d’après » « L’île aux femmes » « Meurtre à Guérande » Il est également sélectionné aux Talents Cannes Adami et joue le rôle principal dans « Bonjour » réalisé par Maurice Barthélémy. En 2022, il joue au café de la Gare dans « Dîner de Famille », ainsi qu’au festival d’Avignon dans « On s’attache ».

Marine Llado

Après 15 ans de gymnastique artistique à haut niveau, Marine intègre l’ECM de Paris en 2013. Elle s’y forme au théâtre au chant et à la danse. Peu après, elle entre à l’école d’Art Dramatique Jean Périmony. En 2015, elle se voit confier le rôle-titre dans « Raiponce et le Prince Aventurier », au Théâtre de la Porte Saint-Martin, à Paris. S’en suit différents projets l’amenant à l’Olympia, les Folies Bergères « Hairspray », le Théâtre de la Renaissance « La Dame Blanche », le Théâtre Antoine, le Théâtre de Paris « Pinocchio », le Théâtre des Variétés… Elle est actuellement en création de son seul en scène « Paquita ! ».

Karina Marimon

Depuis sa sortie de l’ENSATT en 1997 Karina Marimon navigue entre le théâtre, la télévision et le cinéma. Ces dix dernières années on l’a vue dans : Au théâtre : « Palace » au théâtre de Paris, « Un cadeau particulier » au funambule Montmartre, « le jardin d’Alphonse » au théâtre Michel « de vrais gamins » au Splendid , « Et pendant ce temps Simone Veille » à la comédie Bastille.
A la télévision : « La petite histoire de France » série dans laquelle elle interprète de rôle de Rénata Plancher mais aussi dans « scènes de ménage ».
Au cinéma : Dans « Rumba la vie » « La vérité si je mens 4 » « Guillaume et les garçons à table!»,«radin»,«lavache»« labelleéquipe».