Venise n’est pas en Italie

Venise
n'est pas en Italie


Une pièce écrite et mise en scène par Ivan Calbérac

Avec : Thomas Solivérès


En tournée de janvier à mars 2018
Contact Diffusion :
Sevrine Grenier Jamelot
06 30 51 71 03 / diffusion@beeh.fr


Lumières : Alban Sauvé
Scénographie : Camille Ansquer
Costume : Caroline Gichuki

Télécharger le Dossier du spectacle



9 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. 5

    C’était ma 102ème pièce que je voyais ce soir ! Et la meilleure de l’année. Mise en scène et comédien irréprochable ! J’en suis très ému encore !
    On rit , on est triste parfois mais on en ressort ivre de bonheur ! Un bijou
    Merciiii

  2. 5

    Chercher les mots pour expliquer le ressentit après un tel spectacle tient de la prouesse puisqu’il semble que tout à été dit. Mais j’y tiens absolument alors voilà : unique, énorme, renversant, prenant et réjouissant. Merci!

  3. 5

    J’ai croisé un soir la route de Thomas Solivérès. Je ne l’oublierai pas. Quel talent!
    J’ai adoré m’embarquer avec lui pour Venise dans son épopée amoureuse, déglinguée et poétique. Il interprète une kyrielle de personnages, tous plus vrais que nature, tout en finesse, brut d’émotions. La vie personnifiée.
    Bravo!


Emile a quinze ans. Il vit à Montargis, entre un père doux-dingue et une mère qui lui teint les cheveux en blond depuis toujours, parce que, paraît-il, il est plus beau comme ça.

Quand la fille qui lui plaît plus que tout l’invite à Venise pour les vacances, il est fou de joie. Seul problème, ses parents décident de l’accompagner en caravane...

Adapté de son propre roman, l’auteur de « L’étudiante et Monsieur Henri » vous convie à un formidable voyage, entre humour et émotion, où rien ne se passera comme prévu, mais où Venise, elle, sera au rendez-vous.


Nominations 2015



  • on-nest-pas-couche 2  « Thomas Solivérès est MAGISTRAL ! Une leçon de Théâtre ! »

    Laurent RUQUIER


    fig mag « Thomas Solivérès possède une grâce hors du temps, il habite la scène avec une agilité, une précision, une délicatesse et une invention du corps et du geste remarquables, sans jamais d'effet superflu ni de vulgarité. C'est un véritable enchantement.» Phillippe TESSON


    telerama « Thomas Solivérès réalise une performance d'acteur tout en sensibilité. Il nous tient en haleine de la première à la dernière seconde, nous faisant partager les affres et les espoirs de son personnage.»


    figaro-scope « De tous les spectacles découverts depuis septembre, ce seul-en-scène du flamboyant Thomas Solivérès, dans l’adaptation de son roman par Ivan Calbérac, est l’un des meilleurs que l’on puisse voir. Comme quoi le théâtre n’a nul besoin de grand déploiement, parfois. Une histoire d’adolescent amoureux, une histoire de famille dans les années 1970-1980, un bijou de charme, d’émotion, de virtuosité.»


    elle « C’est le temps où l’on s’aime sans se le dire, en tremblant, où l’on garde une balle de ping pong aussi précieusement qu’un trésor, où un timide baiser éblouit à jamais. « Venise n’est pas en Italie », nous replonge dans les affres et les grandes joies de nos quinze ans.
    C’est l’aventure : on rit, on a les larmes aux yeux, on frissonne.
    Grâce, surtout, à l’admirable Thomas Solivérès. Seul en scène, ce jeune comédien dont on entendra parler longtemps, nous emporte avec son enthousiasme, sa fraicheur, son talent. On a quinze ans et le cœur battant ! »


    Logo_figaro  « Un bijou de spectacle. Du très grand théâtre !
    Un récit aussi drôle que déchirant, adapté et mis en scène par Ivan Calbérac, d’après son roman, le jeune comédien est extraordinaire et fait rire autant qu’il bouleverse. Courez l’applaudir, on rit beaucoup, on essuie des larmes, on pleure franchement, on sourit, on rit encore. On sort de là galvanisé ! » Armelle Héliot

    lire l’article en entier


    La provence  « Un seul en scène mené par un acteur particulièrement épatant.
    Thomas Solivérès est de la graine des grands du théâtre. C’est drôle, très drôle et on rit de bon cœur ; un rire d’une qualité que l’on aimerait rencontrer plus souvent, un mélange de tendresse et de nostalgie. Un spectacle à découvrir impérativement.»
    J-C P


    regarts « Cette adaptation théâtrale est un véritable bijou,
    un moment privilégié qui voit la parfaite osmose entre un texte et un comédien. Un texte ciselé, très écrit sous l’apparence trompeuse du langage de tous les jours, avec des mots capables de vous faire rire ou de vous bouleverser, des mots dont la simplicité même devient poésie. Il faut dire qu’il est remarquablement incarné par le jeune et épatant Thomas Solivérès.
    On en sort chaviré avec au fond du cœur la nostalgie d’une jeunesse à jamais enfuie.»
    lire l’article en entier


    logo120 « Thomas Solivérès est flamboyant dans cette épopée amoureuse.
    On passe un très bon moment. C’est de la pure comédie. Thomas ne tombe pas dans le piège du seul en scène. Il donne de l’épaisseur à chaque personnage et surtout il se révèle être un excellent comédien. Stéphane Capron

    lire l’article en entier


    capture-decran-2016-11-04-a-15-48-54 « Une savoureuse et amusante madeleine de Proust.
    Thomas Solivérès nous emballe par sa fraicheur et sa touchante ingénuité.  Un petit bijou théâtral à déguster sans délai ! »
    lire l’article en entier


    • sam 13/01/18 EPINAY
    • mer 17/01/18 LOCHE (ch)
    • jeu 18/01/18 MORGES (ch)
    • ven 19/01/18 SAINT PRIEST EN JAREZ (42)
    • sam 20/01/18 DECINES (69)
    • 24+25/01/2018 MONTARGIS (45)
    • sam 27/01/18 LE PECQ (78)
    • 30 et31/01 RUEIL MALMAISON (78)
    • ven 02/02/18 FOUGERES (35)
    • mar 06/02/18 LUXEMBOURG (L)
    • sam 10/02/18 LANDIVISIAU (29)
    • dim 11/02/18 BRIEC
    • mar 13/02/18 CHATOU (78)
    • mar 14/02/17 RIS ORANGIS (91)
    • jeu 15/02/18 CHAPELLE SAINT LUC (10)
    • ven 16/02/18 NOYELLE (62)
    • sam 17/02/18 St QUENTIN (02)
    • ven 23/02/18 LE HAVRE (76)
    • ven 24/02/17 CABOURG (14)
    • lun 26/02/18 CALUIRE (69)
    • mar 06/03/18 LE MEE (77)
    • jeu 08/03/18 GARCHES (92)
    • ven 09/03/18 LA CELLE SAINT CLOUD (78)
    • sam 10/03/18 THIAIS (94)
    • ven 16/03/18 PLAISANCE DU TOUCH (31)
    • sam 17/03/18 SAINT MITRE LES REMPARTS (13)
    • mar 20/03/18 MONTIGNY (78)
    • mer 21/03/18 ASNIERES (92)
    • ven 23/03/18 LE PLESSIS TREVISSE (94)
    • sam 24/03/18 DOUCHY (59)
    • mar 27/03/18 BOULOGNE BILLANCOURT (92)
    • jeu 29/03/18 VILLENEUVE SAINT GEORGES (94)
    • ven 30/03/18 BARENTIN


  • Ce diaporama nécessite JavaScript.


  • Par Ivan Calbérac

    Tout a commencé un soir au Théâtre de Paris. Pour le lancement du roman, j’avais demandé à Thomas Solivéres d’en lire quelques extraits, sur scène, sans imaginer une seconde que Venise n’est pas en Italie deviendrait une pièce pour autant. Face à plus de cent cinquante personnes, Thomas a commencé la lecture, interprétant Emile, le protagoniste de cette histoire. Et j’ai assisté à ce moment de grâce si particulier où un acteur rencontre un personnage. Thomas devenait Emile, Emile était Thomas. A l’issue de la soirée, face à l’enthousiasme du public, nous avions l’impression avec Thomas d’être face à une évidence : nous tenions un spectacle. La langue du roman, celle de la voix de cet adolescent, via son journal intime, se transposait idéalement dans une parole théâtrale. Les rires étaient là, l’émotion aussi. Restaient face à nous plusieurs défis… Pour Thomas, réussir à interpréter plus d’une douzaine de personnages différents, à les faire exister, dans leur unicité, leur folie aussi, pendant plus d’une heure vingt, où il porterait ce récit à bout de bras… Pour moi, inventer une mise en scène qui nous entraîne dans ce voyage vers Venise, aider l’acteur à créer les mondes qu’il traverse, une musique pour esquisser une émotion, un simple accessoire pour suggérer tout un ensemble, une ambiance lumineuse, parfois un élément de décor, pour invoquer un nouveau lieu, afin de parvenir ainsi à incarner les 80 décors différents de cette histoire, et plus encore, les toutes aussi nombreuses émotions et péripéties que notre jeune héros et sa famille vont rencontrer… Tout cela, je l’espère, pour le plus grand plaisir des spectateurs… En souhaitant que cette famille si particulière, aimante et violente à la fois, si difficile à assumer, ressemble curieusement, à un moment ou à un autre, un peu à la leur.