231004 RdL 0215 1200x525 1 uai
Zoé - et maintenant les vivants

Zoé (et maintenant les vivants)

Texte et mise en scène Théo Askolovitch
Collaboration artistique Marilou Aussilloux
Avec Théo Askolovitch, Marilou Aussilloux, Serge Avédikian


Dix ans après la perte d’un être cher, le père, la fille et le fils nous racontent avec délicatesse les étapes de leur reconstruction. Il·elle·s se rappellent l’annonce, l’enterrement, les rites religieux, puis la vie d’après et dressent le portrait intime d’une famille qui résonne en chacun·e de nous.


L’écriture de Théo Askolovitch évolue entre humour et tragique. Il décrit la vie telle qu’il la connaît, avec un sourire. Après 66 jours, monologue sur le combat d’un jeune homme face au cancer créé à Théâtre Ouvert, Théo Askolovitch poursuit son travail sur le thème de la réparation. Zoé [et maintenant les vivants] aborde le sujet du deuil, de la relation que l’on entretient avec les mort·e·s, et avec celles·ceux qui restent.

EN TOURNÉE 2023/24
Contact diffusion :
Les Béliers en tournée / Camille / 07 86 41 93 71 / camille@beeh.fr


Fiche technique du spectacle sur simple demande


EXTRAIT

SACHA – J’ai des images qui me reviennent, je me rappelle du Rabbin au début qui nous a fait manger l’œuf, je me rappelle d’un moment où ta pote m’avait fait faire des cookies, je me souviens d’un moment où j’ai pris une douche et c’était la première depuis quinze jours.
NOLA – Quinze jours ! Mais Sacha, ça dure sept jours la Shiva.
SACHA – Ouais… je sais.
NOLA – Moi je me rappelle de ce que le Rabbin nous avait dit « Je suis là pour vous mais malheureusement je dois partir bientôt parce que j’enchaîne avec un mariage puis un autre enterrement en fin de journée. »
SACHA – Il est sympa ce Rabbin. Je l’aime bien.
NOLA – C’est vrai qu’on l’aime bien.
SACHA – C’est un Rabbin de gauche.
inrock uai

La nouvelle pièce de Théo Askolovitch célèbre avec puissance la vie.
Révélé en une poignée de spectacles, le comédien et metteur en scène utilise tous les ressorts du théâtre pour rendre un hommage pétri d’amour et d’humour à sa mère disparue.
Zoé (et maintenant les vivants), son deuxième projet d’écriture, frappe par la fluidité de ses dialogues et la ligne claire d’un montage dramaturgique organisé par chapitres, mettant à distance la chronologie des faits pour s’en tenir à la logique floue et malléable de la mémoire.
Ce que la vie lui a ôté, le théâtre le lui offre en effet sur un plateau : réunir les vivants et les morts et faire du souvenir un geste en commun. Le contraire d’une plainte. Un puissant hommage à la vie. Lire l’article en entier


logo telerama uai

TT Reprenant la brèche autobiographiuqe qu’il avait ouverte avec 66 jours, Théo Askolovtich s’empare avec douceur, de l’épineuse question de la réparation. […] Le trio sensible qu’il interprète sans prétention avec Serge Avédikian et Marilou Aussilloux (en alternance avec Maïka Louakairim) atteint son but, celui de trouver un écho, sans verser dans le pathos, dans l’esprit et le coeur des vivants qui lui font face.


loeildolivier uai

Un spectacle délicat autant qu’hilarant, follement décalé et définitivement humain. Avec Zoé [et maintenant les vivants], deuxième pièce qu’il écrit et met en scène, le jeune artiste confirme un certain talent pour rendre extraordinaire le banal et une manière bien à lui de manier avec doigté l’auto-dérision. Plein d’humilité et fort d’une sincérité mordante, Théo Askolovitch est clairement un artiste à suivre, sa nouvelle création à découvrir au plus vite !
Lire l’article en entier


regarts

L’auteur-metteur en scène-interprète pratique le mélange des genres : il ne s’interdit rien, ni les apostrophes au public, ni le théâtre dans le théâtre, ni même l’analyse : — Qu’est-ce que ça raconte pour toi ? demande à un moment le fils à son père.
Une fine analyse d’un deuil et la difficulté ensuite pour une famille de se reconstruire. Le tout fait avec une sensibilité certaine et, répétons-le, une sincérité que l’on ne saurait prendre en défaut.

sur les planches uai

Ce texte intimiste, de toute beauté, aborde le thème difficile d’un deuil vécu. Il est conçu sans dramaturgie excessive, avec beaucoup d’humour et d’à-propos. À cet effet, Théo Askolovitch nous ouvre son coeur meurtri en créant une oeuvre touchante aux accents patents de catharsis. Lire l’article

Texte et mise en scène Théo Askolovitch
À paraître aux éd. : esse que
Collaboration artistique Marilou Aussilloux
Avec Théo Askolovitch, Marilou Aussilloux, Serge Avédikian

Créateur son Samuel Chabert
Créateur lumières Nicolas Bordes
Création vidéo Jules Bonnel
Costumes Juliette Chambaud

Diffusion : camille@beeh.fr

« Zoé [et maintenant les vivants], est mon deuxième projet d’écriture.

Après 66 jours – monologue et seul en scène sur le combat d’un jeune homme face au cancer – c’était logique de continuer à écrire sur le thème de la réparation, c’était une évidence. Cette fois-ci, j’ai voulu parler du deuil. De la résurrection.

J’ai décidé d’axer l’écriture sur trois personnages : le père, la fille et le fils. Dix ans après la perte d’un proche, une famille nous raconte les étapes de leur reconstruction. Ils retracent leur passé et racontent leur présent. Ils se rappellent : l’annonce, l’enterrement, les rites religieux, puis la vie d’après. Ils se rappellent avec bonheur les souvenirs de celle qui leur a été enlevée. Ils racontent. À quel point passer de l’enfance à l’âge adulte peut-être brutal ?

Les trois personnages sont liés par leur histoire, mais chacun se répare différemment avec ses souvenirs. Le deuil est une période de cicatrisation, de guérison, d’un retour à la vie.

J’ai voulu travailler autour du prisme de chaque personnage, comment une même situation peut être vécue de différentes manières, comment la réalité de chacun peut être dissemblable ? Ce récit est un puzzle. Dans cette pièce, il n’y aura pas de chronologie entre les scènes. Ce seront des moments de vie, qui bout à bout formeront une histoire. Le texte alternera des monologues intimes de chaque personnage, des scènes de vie entre les trois protagonistes, qui confrontent des idées et des scènes de flashbacks qui retracent des moments de leur passé. J’ai pour habitude d’alterner dans l’écriture l’humour et le « tragique ». Raconter la vie comme je la connais, avec un sourire. C’est comme cela, je pense, que ces histoires peuvent résonner en chacun.

Depuis quelques années, je crois qu’inconsciemment je me dirige vers des projets qui parlent de la famille. La famille. C’est peut-être ce qu’il y a de plus important pour moi. Ce texte est une suite logique. J’ai poussé le curseur un peu plus loin.

Zoé (et maintenant les vivants) – titre provisoire est mon deuxième texte mais aussi ma quatrième mise en scèneAprès Deux FrèresLa Maladie de la famille M (textes de Fausto Paravidino) et 66 jours, je souhaite aussi me recentrer sur la mise en scène, proposer une scénographie plus léchée (après le plateau nu de 66 jours), tout en gardant le texte et les acteurs au centre.

Ce texte parlera de la relation qu’on entretient avec nos morts, et avec ceux qui restent. »
– Théo Askolovitch

COPRODUCTION compagnie Saiyan, Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines –  Théâtre de Suresnes Jean Vilar
PRODUCTION TOURNÉE Les Béliers en tournée
SOUTIENS Comédie de Caen – CDN de Normandie, Région Île-de-France dans le cadre de l’ÉPAT, Fond SACD Théâtre
RÉSIDENCE Odéon – Théâtre de l’Europe

Découvrez tous nos spectacles en tournée