Affiche

Bashir Lazhar

Bashir Lazhar


Une ode tout en douceur et en humour au courage et à la vie.
Tout public


Texte d'Evelyne de la Chenélière
Edité au éditions Théâtrales


Mise en scène : Thomas Coste
Interprète : Thomas Drelon


L’adaptation cinématographique, Monsieur Lazhar, a été nommé aux oscars en 2012 dans la catégorie du meilleur film etranger.


Une production Théâtre des Béliers
Contact Tournée :
Sevrine Grenier Jamelot
06 30 51 71 03 / diffusion@beeh.fr


bashir-740-header

  • L’histoire extraordinaire d’un homme ordinaire.

    Bashir Lazhar est embauché au pied levé comme professeur remplaçant dans une école primaire.
    Enseignant pas comme les autres, apprend peu à peu à connaître et à s’attacher à ses élèves.

    Et pendant ce temps, personne à l’école ne soupçonne le passé de Bashir…


    Une pièce en forme de puzzle, qui parle à la fois d’éducation, d’amour, de migration, d’enfance, de dictée, de justice, de cour de récréation, de transmission, de guerre et de taille-crayon. Une ode tout en douceur et en humour au courage et à la vie.

  • la-provenceBashir Lazhar, plus connu sous le nom de Monsieur Lazhar, est un enseignant embauché au pied levé pour remplacer une consoeur décédée. Malgré les différences culturelles, l'attachement de ce professeur avec ses élèves est réciproque. Pourtant, derrière le sourire de Monsieur Lazhar se cache un passé douloureux. Bashir Lazhar, c'est avant tout une performance, celle de Thomas Drelon. Le travail effectué sur l'accent et la voix de Monsieur Lazhar est remarquable. Durant près d'1h20, le comédien tient son rôle et ne faillit jamais. Il arrive à nous transmettre à la fois la sensibilité et les failles du personnage qu'il incarne. La proximité avec le public est immédiate, ce qui permet à ce dernier de rentrer de suite dans le spectacle.

    En plus de la prestation de Thomas Drelon, vous devez aller voir Monsieur Lazhar pour la lumière qui tient une place importante. Elle brouille les pistes en jouant sur les différentes personnes, les différents lieux, et moments clés de la vie du personnage principal. Bashir Lazhar est un spectacle intelligent qui nous incite à aller vers l'autre malgré les différences. Un spectacle nécessaire qui a encore plus de sens aujourd'hui.

    Notre avis : on est touché.

    Audrey Morard


    capture-decran-2016-12-02-a-15-21-00Un homme ordinaire qui se fait porte parole, ici, devant nous, d’une époque fragile et de choix difficiles… pour défendre sa famille, son humilité. « Je ne veux pas que ma famille serve de leçon à l’Humanité ».

    L’angevin Thomas Drelon, dans ce décor minimaliste – où sons et précisions nous guident vers ses univers – endosse à la perfection les sensibilités de Bashir, ce monsieur-tout-le-monde qui est obligé de subir des situations « pas très confortables », et essaie de garder la tête haute, dans son combat et celui de nombreuses victimes.

    lire l'article en entier


    ouvert-aux-publicsVu #OFF16 : Bashir Lazhar, le puzzle d’une vie
    Tout commence ainsi, il arrive dans la classe pour remplacer la maîtresse qui ne reviendra jamais faire classe à ses élèves. C’est comme ça. Il s’est présenté à la directrice de l’école et a été recruté sur le champ. Cela tombe plutôt bien pour lui.
    Sa rencontre avec les élèves peut évidente au premier abord, sa façon d’enseigner différente de celle dispensée par ses collègues, ses secrets et autres réactions font de lui un être à part. Avec son costume marron, taillé un peu grand pour lui, l’humaniste qu’il est, il tente de s’insérer au mieux dans un climat qui lui devient de plus en plus hostile.
    L’hostilité, lui la connaît de son pays, de l’Algérie. Elle prend une autre forme que celle qu’il rencontre aujourd’hui. Là-bas, elle est plus directe, moins insidieuse. Elle est aussi synonyme de mort, alors qu’ici, elle déchaîne les mauvaises langues pour mieux punir celui qui en est le destinataire.
    En dire plus sur le texte d’Evelyne de la Chenelière serait donner les pièces du puzzle que construit le personnage central de la pièce, interprété par Thomas Drelon.
    Ce comédien tient son public dans le cheminement de son histoire. Le va-et-vient, entre sa vie d’aujourd’hui et celle du passé, se traduit dans sa posture. Tantôt sur la défensive, tantôt s’abandonnant à ses souvenirs, il trouve le ton juste dans la voix. La sensibilité du personnage lui permet de jouer autant sur l’étonnement que sur la résignation que lui procurent certaines situations. Toutefois, l’espoir reste à portée de mains. Il le place chez les enfants, avec cette demande, celle de faire durer la gaieté chez l’enfant, le plus longtemps possible.
    Thomas Drelon, avec pour seul accessoire un cartable d’écolier, donne toute la finesse nécessaire au personnage, pour le faire évoluer entre songe (la lumière est propice à cela) et réalité, sa triste réalité.
    Laurent Bourbousson


    semioblogUne écriture juste, une mise en scène efficace, une interprétation douce et fragile, un spectacle touchant qui nous fait rire avec tendresse et nous fait pleurer avec délicatesse. Bashir Lazhar, c’est le récit d’une vie extraordinaire, c’est un véritable hymne au courage.
    Oui, Bashir Lazhar est un homme courageux, courageux de recommencer une vie, courageux de devenir du jour au lendemain professeur remplaçant. Un professeur pas comme les autres.
    Son passé terrible et violent face à un nouveau présent rempli de dictées et de récréations donne naissance à une jolie fable qui a pour seule morale la vie. La vie juste et la vie injuste.
    Bashir Lazhar, c’est un beau moment fragile, où se mêlent avec sincérité l’enfance à l’amour, l’amour à la guerre, la guerre à l’éducation, l’éducation à la transmission, la transmission à l’amour…
    Bashir Lazhar c’est un beau moment humain, alors n’hésitez pas, n’hésitez plus, et foncez !
    Judith Caceres


    « Un spectacle intelligent, sensible et éloquent. » Le Courrier de l'Ouest


    « Thomas Drelon porte avec brio l’histoire extraordinaire d’un homme ordinaire, et nous fait rougir sans nous gêner, pleurer de l’intérieur, et rire avec douceur. » Trendhustler - Clara au Théâtre


    « Evelyne de la Chenelière nous offre une fable humaniste et lumineuse qui nous donne envie de retourner sur les bancs d’école. » Voir Montréal



  • « Nous vous remercions pour ce spectacle émouvant. L'histoire était assez complexe, en puzzle, et un peu difficile à comprendre pour les enfants. Mais personnellement, j'ai été touchée par cette histoire, très proche d'histoires similaires de notre passé familial. Remerciez Monsieur Drelon de notre part de nous avoir fait voyagé dans ce monde un peu onirique, en gardant une lueur d'espoir.»
    Mélina Seyman


    « Bonjour, étant au collège Olivier Messiaen j'ai eu le plaisir de vous voir sur scène cette après midi même. Je souhaitais simplement vous faire part de mes impressions, en espérant que vous lirez ce mail.

    Tout d'abord, j'ai eu la chance de vous voir la veille en cours d'histoire, ou plutôt de français. Oui je suis celle qui était très contente de remplacer notre cours ordinaire par une dictée ! Avec du recul, je trouve votre intervention merveilleuse, finalement vous vous êtes tout simplement mis à la place de ce cher Monsieur Lazhar ( ou Lassard comme vous nous l'aviez dit de peur qu'on divulgue votre réelle identité) qui arrive dans une classe, qui ne connait même pas le programme et qui reste discret. Finalement nous étions un exemple, on ne savait rien de vous et notre premier réflexe à été d'exploser de rire tellement c'était ridicule.

    Si vous vous étiez présenté et aviez utilisé l'histoire de ce Lazhar, notre attitude aurait été totalement différente. En tout cas cette petite heure passée avec vous à permis d'établir un lien avec votre pièce qui était -sans exagérer- tout simplement époustouflante. J'ai d'ailleurs décidé de l'utiliser pour mon oral de fin d'année tellement j'ai de choses à dire. Pas forcément tout ce qu'on a pu voir mais surtout les quelques éléments implicites. J'ai tout simplement été époustouflée qu'une personne, seule sur scène, qui s'adresse à des lumières ou des chaises puisse me (nous) faire ressentir tellement de choses. J'espère ne pas être la seule qui ai été au bord des larmes !

    En tout cas c'était la première fois que je vous voyais sur scène et c'était impressionnant, voire même perturbant lorsqu'après la fin vous êtes revenu sur scène et que cette fois vous étiez le véritable Thomas Drelon, et non Bashir Lazhar, l'homme ayant perdu la totalité de sa famille. C'était assez déstabilisant mais tout de même impressionnant que vous ayez su rentrer si bien dans le rôle. Sans mentir je ressens pour vous une incroyable admiration et une immense gratitude de nous avoir fait partager une si belle histoire avec une interprétation tout bonnement parfaite.

    Je pense avoir fait le tour de ce que je souhaitais vous dire. Je tenais juste à vous remercier pour tout ceci. Alors un grand merci.

    De la part d'une élève encore sous le choc de votre prestation et qui a eu la chance d'avoir eu le cher Monsieur Lazhar en professeur durant une heure.»
    Anaïs Meuris, 3èmeB du collège Olivier Messiaen



  • Durée : 1h20
    Contact Tournée : Sevrine Grenier-Jamelot  / 06 30 51 71 03 / diffusion@beeh.fr
    Fiche technique du spectacle sur simple demande

    Télécharger le dossier de presse du spectacle


    Prochaines dates :

    • sam. 8 octobre 2016  VILLAGES EN SCENE - LAYON (49)
    • mar. 18 octobre 2016 LA FLECHE (72)
    • ven. 18 novembre 2016 ANGERS (49) à la Maison de Quartier "Le Trois Mâts"
    • ven. 3 février 2017 MORTAGNE-SUR-SEVRE (85)
    • ven. 31 mars 2017 BEAUFORT-EN-ANJOU (49)
    • Festival OFF d'Avignon du 7 au 30 juilllet 2017 Théâtre des Béliers


  • Bashir Lazhar, de E. de la Chenelière

    Dès la première lecture, c'est l'humanité, la densité du personnage qui porte ce solo qui frappe. Une écriture juste et évidente, qui laisse transpirer les conflits d'un personnage peu à sa place dans son époque et là où il se trouve. On pense immédiatement à la fragilité et la sincérité du comédien qui doit convaincre comme Bashir doit convaincre sa classe, l'administration, la directrice. Une mise à nu de l'interprète pour porter ce texte, c'est vers quoi va tendre tout notre travail.

    Nous rechercherons notre nourriture dans le texte pour épurer au maximum le jeu du comédien, placé au cœur d'un projet scénographique simple, écrin épuré pour le personnage. Ce que nous souhaitons en revanche, c'est effectuer un travail de lumière précis et évocateur pour poser certains lieux et symboliser, mais pas systématiquement, les différentes adresses : où est-on et à qui parle-t-on ? Il y a nécessité de résoudre la question clairement pour emmener le spectacteur dans le récit de Bashir Lazhar.


     

    Thomas Drelon - Comédien

    Comédien dès l'enfance, il fonde à Angers la Compagnie map qu'il a co-dirigée pendant 8 ans. Parallèlement il travaille avec de nombreuses compagnies et se produit dans toute la France, aussi bien pour des pièces contemporaines que classiques (Tchekov, Levin, Paravidino, Pommerat, De Voos, Ponti). Puis, tout en continuant à jouer pour la scène, il commence à travailler pour la télévision et le cinéma, et joue dans plusieurs téléfilms ou séries (Nos Chers Voisins, Louis XI, Doc Martin, Mère et Fille, Versailles, ...) et de nombreuses publicités (Daddy Suc, Secours Catholique, Nooster, ...). Au cinéma, il a récemment tourné Les Carottes Sauvages, aux côtés de Laurent Baffie et Alexandre Pesle, dont la sortie en salle est prévue au printemps 2016. Et à la télévision, il vient de terminer le tournage des deux premiers épisodes de la prochaine saison de la série Falco.

  • SUR DEMANDE, POSSIBILITÉ DE PRÉSENTER DES ACTIONS DE MÉDIATION CULTURELLE EN MILIEU SCOLAIRE, EN AMONT DE LA REPRÉSENTATION

    En amont du spectacle, le comédien - agissant dans son rôle de "Bashir Lazhar" - vient remplacer un professeur dans la classe, sans que les élèves aient été prévenus.
    Pendant un quart d’heure, reprenant la trame du début du spectacle, Bashir se présente aux élèves, établit le contact avec eux dans son style très personnel et se lance dans une dictée particulièrement compliquée.
    Puis s’interrompt brusquement pour se rendre dans le bureau du chef d’établissement, laissant les élèves dans une joyeuse interrogation.
    Le professeur titulaire rejoint alors sa classe, suivi du comédien, pour échanger avec les élèves sur ce premier contact avec le spectacle, sur leur ressenti face à cette intervention-surprise.
    Cette proposition permet de mettre les élèves dans cette double place qui est la leur lors du spectacle, car Bashir s’adresse au public comme s’il s’agissait de ses élèves. Il s’agit là de la première porte d’entrée des élèves vers le texte et ses nombreuses autres thématiques (immigration, asile politique, choc des cultures, violence à l'école, rapport et position de chacun à la famille,…)

    Pour les classes de lycée et de collège (4ème et 3ème)

    Durée : 45 min. (15mn d’intervention-surprise, suivie de 30 min. de discussion)

Ce diaporama nécessite JavaScript.